Humanisme historique, situation de l'

De humanipedia
Aller à : navigation, rechercher

Le monde européen médiéval pré-humaniste était un milieu fermé du point de vue temporel et physique qui avait tendance à nier l'importance du contact qui se produisait, de fait, avec d'autres cultures. L'histoire, du point de vue médiéval, est l'histoire du péché et de la rédemption ; la connaissance d'autres civilisations non éclairées par la grâce de Dieu ne revêt pas un grand intérêt. Le futur prépare seulement l'Apocalypse et le jugement de Dieu. La Terre est immobile et se trouve au centre de l'Univers, selon la conception de Ptolémée. Tout est entouré d'étoiles fixes et les sphères plané­taires tournent, animées par des puissances angé­liques. Ce système se termine dans l'Empyrée, siège de Dieu, moteur immobile qui fait tout mouvoir. L'organi­sation sociale correspond a cette vision: une structure hiérarchique et héréditaire différencie les nobles des serfs. Au sommet de la pyramide se trouvent le Pape et l'Empereur, parfois alliés, parfois en lutte pour la prééminence hiérarchique. Le régime économique médiéval, au moins jusqu'au XIeme siècle, est un sys­tème économique fermé basé sur la consommation des produits sur leur lieu de production. La circulation monétaire est peu fréquente. Le commerce est difficile et lent. L'Europe est une puissance continentale fermée parce que la mer comme voie de transport, est aux mains des Byzantins et des Arabes. Mais les voyages de Marco Polo et son contact avec les cultures et la technologie de l'Extrême-Orient, les centres d'ensei­gnement d'Espagne d'où les maîtres juifs, arabes et chrétiens font rayonner la connaissance, la recherche de nouvelles routes commerciales pour contourner la barrière du conflit byzantino-musulman, la formation d'une couche marchande de plus en plus active, la croissance d'une bourgeoisie citadine de plus en plus puissante et le développement d'institutions politiques plus efficaces comme les seigneuries d'Italie, vont mar­quer un changement profond de l'atmosphère sociale, et ce changement permet le développement de l'attitude humaniste. Il ne faut pas oublier que ce dévelop­pement comporte nombre d'avancées et de reculs jusqu'à ce que la nouvelle attitude devienne consciente.