Structure

De humanipedia
Aller à : navigation, rechercher

Ce vocable peut être défini de manière très ample et aussi très restreinte. Une série de nombres aléatoires est, de toute façon, une "série" c'est-à-dire une structure, au sens large. Seul ce qui serait amorphe ne serait pas une structure, ce qui équivaut à dire : "Ce qui n'a pas de structure n'est pas une structure". Mais une telle formulation est vide. Selon Husserl, les éléments d'un tout ne sont pas considérés comme partie de celui-ci mais comme ses membres ; ainsi, l'ensemble ou le groupe est un tout et non une "somme". Les membres d'un ensemble donné sont reliés de façon non indépendante les uns aux autres et se compénètrent mutuellement. Cette proposition est fondamentalement différente de la conception atomiste et de sa méthode d'analyse de l'étude d'une structure. Quand Husserl établit que, dans la structure de la perception ou de la représentation, la "couleur" est non-indépendante de "l'extension", il montre qu'une séparation atomiste entre ces deux termes rompt précisément l'essence réelle de la perception ou de la représentation. Ainsi la conscience en général doit être vue comme une structure qui se modifie dans sa position-dans-le-monde et dont tous les membres sont en relation indissociable lors de ce changement. Cette description est valable pour comprendre diverses structures comme l'historicité ou la société humaine.

Quant à la relation entre une structure et son milieu (lequel, à son tour, doit être considéré comme une structure), on l'appelle habituellement un système. En général, dans un système, les structures sont des membres en interrelation. Quand on parle de l'être-humain-dans-le-monde, on mentionne un système de structures non indépendantes et, dans ce cas, on ne peut pas considérer l'être humain en soi mais en "ouverture" vers le monde. On ne peut capter le "monde" que par sa signification en relation avec l'être humain.